Arrêter la cigarette avec l'hypnose dans le Pas-de-Calais (62)

Contenu de la fumée de cigarettes

Analyse d'une cigarette

La fumée de cigarettes est un aérosol, un mélange de gaz et de particules qui contient quatre mille substances, dont plus de quarante sont cancérigènes.

Une cigarette contient du tabac, de la nicotine, des agents de saveur et de texture : c’est ce qu’on lit sur les paquets de cigarettes. Ce qu’on ne sait pas toujours, c’est qu’une fois allumée, la cigarette devient une véritable usine chimique. Sa combustion provoque la formation de très nombreuses substances toxiques, dont les goudrons, des gaz toxiques (monoxyde de carbone, oxyde d’azote, acide cyanhydrique, ammoniac) et des métaux lourds (cadmium, mercure, plomb, chrome).

Qu’est-ce que...

La nicotine ?

La nicotine, contenue dans le tabac, est principalement responsable de la dépendance physique. Elle fait partie des « drogues dures ». Quand on tire sur sa cigarette, la nicotine atteint le cerveau en moins de 7 secondes. Elle va se fixer sur des récepteurs dits « nicotiniques » dans le cerveau. Cela entraîne la libération de dopamine responsable d’effets tels que la détente, le plaisir, etc. Quand le fumeur n’a pas sa dose de nicotine, il ressent des symptômes de manque.

Quels sont les effets indésirables de la nicotine ?

La nicotine inhalée provoque une accélération du cœur de 15 à 20 pulsations par minute ainsi qu’une augmentation de la tension artérielle. Elle est un facteur de rétrécissement des artères (vasoconstriction), et peut causer des accidents vasculaires, cardiaques et cérébraux.

Le monoxyde de carbone ?

Lorsqu’on brûle le tabac, il se produit une combustion. Cette combustion produit du monoxyde de carbone (CO), un gaz incolore et inodore mais très toxique. Le CO se fixe sur les globules rouges en prenant la place de l’oxygène dans le sang ce qui entraîne une moins bonne oxygénation des organes du cops.

Quelles sont les conséquences pour la santé ?

Pour pallier au manque d’O2, la moelle osseuse va multiplier la production de globules rouges afin d’augmenter le taux d’oxygène dans le sang. Celui‐ci devient plus épais, plus visqueux ce qui augmente, entre autres, le risque de boucher les artères (thrombose). Ce risque est augmenté par le fait que le CO favorise le dépôt de cholestérol sur les parois artérielles.

Le goudron ?

Le goudron est une substance gluante et collante brun-noir contenue dans la fumée du tabac. C‘est un mélange de plusieurs centaines de substances chimiques créées par la combustion du tabac. Parmi ces substances, il est prouvé que 90 sont cancérigènes (hydrocarbures polycycliques aromatiques, nitrosamines). Chaque année, de nouvelles substances de la fumée de tabac sont classées comme cancérigènes. Le goudron se dépose dans les bronches et les poumons. C’est la principale source de cancer de la fumée du tabac.

Quelle quantité de goudron inhale un fumeur ?

Une personne qui fume 1 paquet par jour inhale environ l’équivalent d’une tasse à café de goudron par an.

Les additifs ?

Outre les substances présentes dans le tabac par son origine (la feuille de tabac contient de la nicotine) et par la combustion, de nombreuses autres substances sont ajoutées à la cigarette pendant sa fabrication : ce sont les additifs.

Dans quel but ajouter des additifs ?

Ils rendent la fumée du tabac plus agréable (saveur au goût du fumeur, fumée moins âcre...). Ils conduisent plus rapidement la nicotine au cerveau. Ils rendent la fumée moins visible pour créer une fausse impression de non-nocivité de la fumée...

Les additifs visent à rendre le fumeur plus dépendant et donc à assurer aux fabricants du tabac une clientèle qui achètera régulièrement du tabac. L’objectif final est donc de faire du profit au détriment de la santé du fumeur.

La dépendance au tabac c’est en fait 3 types de dépendances

La dépendance physique

C’est la cigarette que l’on a besoin de fumer parce que certains neurones du cerveau attendent d’être stimulés par la nicotine. Suite à cette stimulation, certaines substances sont alors libérées dans le cerveau, comme la dopamine, la sérotonine ou l’adrénaline qui agissent sur l'organisme et procurent un certain apaisement, une sensation de plaisir, …. Le problème, c’est que l’organisme en demande encore et encore plus pour pouvoir procurer le même effet. Et en l’absence de nicotine, vient alors le manque physique.

La dépendance psychologique

C’est la cigarette que l’on utilise un peu comme une béquille dans toute sorte de contextes : émotions difficiles, solitude, ennui, besoin de se donner une contenance, de se récompenser, etc…

La dépendance comportementale

C’est la cigarette réflexe, celle qui correspond à un rituel quotidien. Toutes ces habitudes peuvent rendre l’arrêt du tabagisme particulièrement difficile si on ne construit pas de nouvelles habitudes, de nouveaux rituels.

Les bénéfices de l'arrêt du tabac

L’arrêt du tabac, s’il suscite bien des difficultés, réserve souvent de bonnes surprises. Quelle que soit la quantité de tabac consommée et aussi longtemps qu'on ait fumé, il n'est jamais trop tard pour arrêter et les bénéfices de l’arrêt du tabac interviennent presque immédiatement :

20 minutes après la dernière cigarette : La pression sanguine et les pulsations du cœur redeviennent normales.

8 heures après la dernière cigarette : La quantité de monoxyde de carbone dans le sang diminue de moitié. L’oxygénation des cellules redevient normale.

24 heures après la dernière cigarette : Le risque d’infarctus du myocarde diminue déjà. Les poumons commencent à éliminer le mucus et les résidus de fumée. Le corps ne contient plus de nicotine.

48 heures après la dernière cigarette : Le goût et l’odorat s’améliorent. Les terminaisons nerveuses gustatives commencent à repousser.

72 heures après la dernière cigarette : Respirer devient plus facile. Les bronches commencent à se relâcher et on se sent plus énergique.

2 semaines à 3 mois après la dernière cigarette : La toux et la fatigue diminuent. On récupère du souffle. On marche plus facilement.

1 à 9 mois après la dernière cigarette : Les cils bronchiques repoussent. On est de moins en moins essoufflé.

1 an après la dernière cigarette : Le risque d’infarctus du myocarde diminue de moitié. Le risque d’accident vasculaire cérébral rejoint celui d’un non-fumeur.

5 ans après la dernière cigarette : Le risque de cancer du poumon diminue presque de moitié.

10 à 15 ans après la dernière cigarette : L’espérance de vie redevient identique à celle des personnes n’ayant jamais fumé.

Par ailleurs, l’arrêt permet de se libérer de la dépendance du tabac. Si la dépendance physique disparaît en moyenne en quelques semaines, la dépendance psychologique est plus lente à s’estomper. Plusieurs mois sont parfois nécessaires pour ne plus avoir de fortes envies de cigarettes.

Dans tous les cas, même plusieurs années après l’arrêt du tabac, fumer une cigarette expose à une reprise du tabagisme, car elle réveille le besoin physique et relance la dépendance comporte - mentale. Mais quel bonheur de pouvoir sortir, bouger, sans être obligé de vérifier si l’on a assez de cigarettes ou si le débit de tabac est encore ouvert ! »

Retrouver la liberté en arrêtant de fumer par l 'hypnose

Pourquoi n’arrivez-vous pas à arrêter de fumer ?

La majorité des fumeurs souhaitent arrêter de fumer.

Leurs motivations personnelles pour retarder cette décision d’arrêt sont souvent :

  • La crainte des symptômes de sevrage ou de la prise de poids
  • Le ressenti du stress, de l’anxiété ou de la déprime lors d’une précédente expérience d’arrêt
  • La difficulté d’arrêter de fumer parce que sans cesse confronté à des fumeurs autour d’eux

Le combat de nos 2 cerveaux :

Nous savons ce qui nous convient et nous voulons le faire mais nous agissons différemment.

Par exemple : « J’arrête de fumer car c’est mauvais pour ma santé » et je prends une cigarette

C’est comme si, parfois, il y avait en nous une partie rationnelle qui ferait le « bon choix » et une autre partie qui s’évertuait à « fouler au pied » ces bonnes idées.

Nous avons dans notre tête 2 hémisphères cérébraux qui fonctionnent comme 2 cerveaux indépendants et pas toujours d’accord.

L’hypnose est là pour unifier nos 2 cerveaux , pour les faire travailler ensemble car nous sommes souvent victime de ce combat entre nos 2 cerveaux malgré toute la volonté et la détermination dont nous pouvons faire preuve mais qui ne suffit pas

Combat de nos 2 cerveaux

Pour arrêter de fumer, votre motivation est une composante indispensable

Arrêter de fumer est un choix personnel.

Les raisons varient donc d’un individu à l’autre.

Mais quelles que soient vos motivations, celles-ci constituent toujours une source de soutien.

Voici une liste de motivations les plus courantes.

En arrêtant de fumer...

  • Je serai fier de moi
  • Je serai en meilleure santé
  • J’économiserai de l’argent
  • J’aurai plus de souffle ; je pourrai respirer plus facilement
  • Je donnerai le bon exemple à mes enfants
  • Ma maison restera plus propre
  • Etc

Et vous quelles sont les vôtres ?

L’hypnose n’est pas une solution miracle qui vous dispense de tout engagement personnel. Votre motivation doit être claire et précise. L’hypnose est un outil qui vous accompagne dans votre démarche de changement.

2 propositions pour arrêter de fumer par hypnose

  • 1 séance « Arrêt tabac » : Durée 1H30 à 2h
  • 3 séances : durée : 1h30 pour la 1ère séance puis 1h pour les séances 2 et 3 :
    • Séance 1 : Protocole « Arrêt tabac »
    • Séance 2 : Consolidation « arrêt tabac »
    • Séance 2 : Consolidation « arrêt tabac »